Alexander NOLAN

Alexander NOLAN est né en 1980 à Milwaukee, Wisconsin aux États-Unis
Il vit et travaille à Brooklyn, New York.

« Alexander Nolan dessine des scènes de genre, peintes et coloriées à la gouache traitée comme l’aquarelle ou, dans la série de Cassis, à la manière de lavis fortement contrastés. Composer des scènes de genre, aujourd’hui, est moins inhabituel qu’il n’y paraît. Nous pourrions oser avancer qu’une grande partie des œuvres peintes, photographiques et vidéographiques contemporaines sont des représentations relevant de la peinture de genre. Mais, dans le contexte actuel, les scènes de genre d’Alexander Nolan dérangent et perturbent. D’abord parce qu’elles sont dessinées et peintes mais surtout parce que leur traitement graphique est d’une singularité peu conventionnelle. Ces compositions peuvent être perçues comme des avatars inattendus, surprenants jusqu’à en être désopilants, dérivés de toutes les scènes de genre accumulées tout au long de l’histoire de l’art. À le dire ainsi, de telles œuvres conçues et réalisées sur une scène newyorkaise où l’abstraction est dominante, c’est hasarder deux commentaires.
Le premier nous conduit, nous y reviendrons, à voir dans ce réalisme, qui ne répond pas aux acceptions en usage de ce terme, une sorte de « zombie figuration » en quelque sorte parallèle à la « zombie abstraction » Mais cette qualification, si elle permet de cerner les œuvres d’une ceinture philosophique attrayante aux yeux de la critique, n’est en rien pertinente. Elle fournit, et fournira, en tout cas, aux historiens un thème de débats et de querelles.
Le deuxième, c’est que l’on ne peut pas ne pas voir, dans les scènes domestiques plus ou moins fantasmées d’Alexander Nolan, une réaction ironique aux récents développements de la peinture abstraite : une sorte d’invite à assurer un vrai « revival » aux réalismes et, de manière assez affirmée, à des réalismes américains délaissés. » Bernard Ceysson