LÉGÈRETÉ – NADÈGE DALARY – DU 29 MARS AU 11 MAI 2019

 » J’avais totalement perdu le souvenir de son visage qui, dans ce rêve, me revenait avec sa fraîcheur originelle. Consciemment, je n’aurais jamais pu le reproduire. Et quand, deux ans plus tard, j’eus à relater ce rêve, je fus tout à fait incapable de le décrire. » C. G. Jung

Nous avons tous vécu ce moment où l’on rêve d’une chose qui nous semble incroyable. Nous sommes certains d’avoir ressenti quelque chose d’inexplicable et d’extraordinaire que nous voudrions à nouveau éprouver.

Mais, lorsqu’on essaie de le retrouver, de le raconter, il s’évanouit et tout devient flou, illogique, absurde…dans le pire des cas nous sommes incapables de nous en souvenir.

Mon travail s’articule sur ce défaut de mémoire et sur la nécessité de le retranscrire par le dessin. Depuis longtemps j’écris les bribes de mes rêves sur un carnet au réveil pour pouvoir ensuite réinventer des histoires.

Ce récit-fiction se situe alors dans les marges de la sexualité, de l’absurdité, de l’hybridation, il est marqué d’une légèreté sans limite et sans jugement.

Sur une planche, les histoires cohabitent, s’accumulent parfois, laissant le spectateur face à plusieurs lectures, une sorte d’abîme qui le plonge dans les méandres de l’interprétation.

Nadège DALARY

 

LÉGÈRETÉ – Exposition du 29 mars au 11 mai 2019

Soirée de vernissage jeudi 28 mars à 18h30