Chantal FONTVIEILLE

« La cible serait ainsi le statut générique de notre condition humaine : civilement, militairement, juridiquement, cliniquement, sociologiquement, psychiquement… Nos destins possibles porteraient alors la marque indélébile des blessures passées et futures ».

« Nous devons donc comprendre et accepter la cible comme réversible : elle tourne et se renverse dans le maelström de la haine et de l’amour, de la douleur et du désir, prenant ainsi en charge non seulement notre corps victimaire mais également notre corps tyrannique. Elle inscrit sur sa surface sensible notre aptitude à être affectés et à souffrir par autrui, de même qu’elle grave notre capacité à affecter et à faire souffrir autrui. La cible pose transversalement le principe ambigu et ambivalent d’une altérité de la souffrance et de la jouissance. »

 « La cible nous apprend simultanément que nous sommes tous, potentiellement, des saints Sébastien réversibles en snippers : ciblés / criblés et ciblant / criblant. »

 Joël Couve (Catalogue Mise en cible 2011)

http://chantalfontvieille.blogspot.fr/

 Exposition  » FIGURES / LE SYNDROME DE SAÜL  » – du jeudi 12 avril au samedi 19 mai 2018 –