Catherine CAZAU

Enfouissements, résurgences, souvenirs endormis, assemblages, formes et couleurs combattant le convenu.

Entre griffe et caresse, ignorant l’ignorance.

Des couleurs entre les silences, de la matière sur le papier, et la mémoire aussi.

Des grains à peine colorés, empruntés au désert avant d’y retourner.

L’absence de routes envisagées et jamais empruntées, gravures du possible, esquisses du visible et surtout de l’invisible.

Le silence de la toile, le silence du temps, le silence des mots. Écrire avec la couleur, graver avec la matière, peindre avec les Mots.                                                                  

Vivre au travers de petits morceaux de papier, de cartons, de silence, de mémoire ; de grands morceaux d’espace, de vide, de plein, de rien, de tout… 

 

Extrait du texte “ Catherine “ de Patrick BOUILLANNE