Nadia GUERREOUI

Les matières mises en œuvre sont réduites à l’essentiel et se caractérisent par un aspect des plus minimal. Cependant, quelques feuilles de calque pliées et posées au sol, des fibres, ou encore un carton plume noir et satiné se révèlent des supports d’expériences perceptives: identité, habilité et solidité deviennent ainsi ambigües. Par mon interaction avec le support, je vis à la retenue et à une mise en retrait se caractérisant par un geste  infime. Un regard attentif est posé sur la matière, dont le degré de transformation flirte avec le presque rien : un positionnement dans l’espace, l’appréhension de distances et de mouvements, ou encore le coup qui effleure le support sans lui ajouter ou lui soustraire de molécule. Cette recherche d’économie du geste questionne donc le mode d’existence et la limite de cet objet-matière qui devient œuvre.

Plusieurs points de vue sont indispensables pour appréhender la même pièce, qui peut seulement être animée par le déplacement du spectateur. L’environnement acquiert autant d’importance que l’objet plastique. La proposition réside dans l’expérience physique de l’objet et l’exploration de la limite extérieure de la perception. Le spectateur absorbe autant qu’il est absorbé.

Exposition du 16 février au 18 mars 2017